AccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Pensez à prévenir vos absences dans cette section

Partagez | 
 

 Bad boy back in town and ready to fucking rock [Done]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité


Invité


MessageSujet: Bad boy back in town and ready to fucking rock [Done]   Ven 22 Juin - 1:11




Gregory Clayton Emerson
Being who you are is just a part of what's wrong with you, Emerson.


Je m'appelle Gregory Clayton Emerson et j'ai 21 ans. Je suis d'ailleurs né(e) le 5 juillet, à Odessa, Texas USA, et suis de nationalité Américaine. J'étudie actuellement Pharmacologie à UCLA, en tant que Sophomore, et fréquente la confrérie delta chi bêta. Côté cœur, je suis Célibataire et Hétéro.

Protecteur Drôle Intelligent Actif
Prétentieux Violent Jaloux Possessif

Je suis issu(e) d'un milieu défavorisé, d'ailleurs mes parents travaill(ai)ent comme mon père est coach de football et ma mère est morte. Les relations que j'entretiens avec ma famille sont compliqué. J'ai toujours été quelqu'un de populaire, et je m'en porte très bien. Physiquement, je mesure 2m10cm et je pèse 90 kilos. Mon style vestimentaire est un style bien à moi, ne vous déplaise. Pour finir, je dirais que côté goût, j'adore le football, les filles, l'alcool, le hockey et les virés en bagnole, en revanche, j'ai horreur de ma ville, l'autorité, ne pas avoir le contrôle, sortir en boite, avoir une copine fixe. Mais comme on dit, tous les goûts sont dans la nature.




PARLE-NOUS DE TON PROGRAMME D’ÉTUDES. QUELLE SPÉCIALITÉ AS-TU CHOISIE ?
J’étudie en pharmacologie. Je vois déjà vos tête, je vous confirme que ce n’est pas une passion mais croyez-moi, avec mes cours je connais maintenant la plupart des médicaments qui, une fois la bonne quantité atteinte, peuvent remplacé le speed ou autre drogue. Quoi? Que voulez-vous que je vous dise? Ça m’intéresse voyez-vous et c’est moins cher tout en restant moins dangereux alors vos jugements, s’il vous plait. Sans mentionner le salaire! Si j’ai un emploi stable et bien payer je pourrais m’occuper de Geoffrey comme il se doit en tant que tuteur.
AS-TU UN PROJET PROFESSIONNEL ? SI OUI, QUEL EST-IL ?
J’aimerais devenir Pharmacien ou joueur professionnel de football américain dans la prestigieuse ligue de la NFL. Le salaire est bon et ce sont deux choses dans lesquelles je suis douée. Peut-être ouvrir ma propre pharmacie un jour… pour l’instant je voudrais demeuré à Los Angeles pour encore un petit moment… on m’a récemment approcher pour faire du mannequinat j’imagine que je verrai où l’avenir me conduit.
APPARTIENS-TU OU AIMERAIS-TU APPARTENIR A UNE CONFRÉRIE ? LAQUELLE ?
Je suis membre des delta chi bêta avant même d’avoir mit les pieds à LA. Pourquoi ? Puisque UCLA m’a recruté pour devenir leur nouveau receveur de passe. Comme je suis un sportif, les seniors se sont faits un point d’honneur de m’inculquer les règles de cette fraternité et après une initiation dont je n’ai pas trop de souvenir, il me considère comme un autre de leur frère. Entre joueurs de football, c’est comme être une énorme famille.
QUE PENSES-TU DES TRANSFERTS ? AIMERAIS-TU Y PARTICIPER ?
Je ne sais pas trop, pour ma part, j’ai quitté mon trou pour la grande ville et je me plait à LA. Il a tout en cent fois mieux. Certes, la circulation des voitures 24h sur 24 est plus dérangeante mais est-ce que ce sera réellement mieux à New York? Pour l’instant je ne dis pas non mais ça ne m’attire pas particulièrement.
PARMI LES ACTIVITÉS EXTRA-SCOLAIRES PROPOSÉES, Y EN A T-IL UNE QUI T’INTÉRESSE ? POURQUOI ?
Je suis joueur de football… voilà qui en dit long sur mes activités extrascolaires! Être au football à l’université n’est pas plus intense que moi au lycée. J’ai en moyenne dix heures d’entrainement sur le terrain par semaine et je dois faire entre quatre et cinq heures d’entrainement en salle en plus alors inutile de dire que c’est probablement ça et mes cours que je fais. Sinon, je fais souvent la fête avec les autres mecs de ma fraternité et on sort après un match important. Sinon, j’aime bien faire un peu de musique mais sans plus… ouais… ça englobe pas mal tout.



PSEUDO Addiction-K ♦ AGE 17 ans ♦ GARÇON OU FILLE ? Gurl♦ AVATAR Toby Hemingway ♦ DOUBLAGE D'AVATAR [ ] Oui [ X] Non ♦ COMMENT AS-TU CONNU LE FORUM ? pub rpg ♦ ET QU'EST-CE QUE TU EN PENSES ? j'adore! ♦ UN DOUBLE COMPTE ? SI OUI, QUI ? none ♦ CRÉDITS DES CRÉATIONS DANS TA FICHE moi et tumblr





Dernière édition par Gregory C. Emerson le Ven 22 Juin - 18:36, édité 13 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité


MessageSujet: Re: Bad boy back in town and ready to fucking rock [Done]   Ven 22 Juin - 1:11

Histoire

Là d’où je viens, il n’y a rien de plus important que le succès. Pas le succès dans ses études…enfin, on n’est pas cons! Évidemment que l’école était importante mais depuis que je suis petit… j’étais prédestiné à être un champion, un gagnant… un membre de l’Élite de la société… enfin… dans mon petit patelin! J’étais prédestiné à être joueur de football. Bon, dit comme ça, c’est rien de bien extraordinaire mais croyez-moi à Odessa, Texas c’est exactement tout ce qu’il y avait de mieux au monde. Depuis des années, Odessa est reconnue comme étant une ville où le football est plus qu’un simple sport c’est une philosophie de vie, un évènement. Mon père est l’un des anciens joueurs qui, après avoir gradué de l’université du Texas, s’est retrouvé perdu dans l’ombre pendant de nombreuse année. Ici, c’est le moment où il rencontre ma mère et où, après un soir arrosé, j’entre sur le terrain.

Chapitre un : Welcome to wherever you are.


Lendemain de fête nationale, mon père : saoul comme un pot et ma mère qui hurle pour qu’on l’assomme. Eh oui, c’est votre humble serviteur ici présent qui fait sa première entrée en scène dans le théâtre de la vie. C’est une belle métaphore, non? Profitez-en car c’est sans doute la dernière que vous entendrez. Dans le couloir de la petite clinique de l’hôpital on se bouscule dans tous les sens pour aider ma mère le plus possible qui hurle toujours. Mon père et son mal de tête peuvent vous confirmer qu’un niveau encore jamais atteint dans l’histoire des décibels venait d’être fracassé. Pour ma part, je n’en ai aucun souvenir. Selon ce qu’on m’a raconté, ce fût un accouchement relativement sans dégât puisqu’à 9h45 tout était terminé et ma mère tenait dans ses bras son premier fils : moi. Ils m’ont baptisé Gregory Clayton pour les prénoms de mes deux grands-pères qui étaient – selon les habitants de ce trou – de véritables héros dans la région.

Depuis que je sais marcher, mon père m’a entrainé à attraper une balle et à la lancer comme il se doit. Car après deux ou trois ans de chômage, mon père avait finalement décrocher un emploi comme coach pour les receveurs pour les Permian Mojo’s de Dillion’s High : son ancien lycée. Alors il s’est fait un point d’honneur à faire de moi un véritable athlète. Croyez-moi, j’avais déjà tous les atouts pour être le connard que je suis aujourd’hui. Tout d’abord j’ai toujours été atrocement mignon au grand dam de ma mère parce que, croyez-moi, j’étais loin d’être un cadeau. Ensuite, comme tous les habitants de cette ville, jamais je n’ai manqué un seul match de l’équipe de mon père même que parfois il m’emmenait sur le terrain au banc des joueurs. Maintenant que j’y repense, c’est les seuls moments que nous avons réellement passé entre père et fils sinon c’était plus de l’entrainement qu’autre chose. Enfin bref, tout ça pour dire que dès mon plus jeune âge j’étais déjà la coqueluche des filles enfin… surtout des amies de ma mère qui ne cessait jamais de lui répéter combien son fils était mignon et qu’il ferait un magnifique jeune homme plus tard. J’avais cinq ans quand ma sœur Janis est venue au monde. Dès que je l’ai vu, je la détestais. Quoi? Je suis quelqu’un qui a horreur d’être rétrogradé au rang de deuxième. Jamais Jan et moi nous ne nous sommes entendu. Certes, mes parents étaient loin d’être des gens riches mais jamais nous avons manqué de quoi que ce soit. Le fait que mon père soit coach pour les Mojo’s, ça nous donnait une certaine notoriété et ainsi, tout le monde connaissait la famille Emerson en ville.

Chapitre deux : When I grow up I wanna be famous I wanna be a star



L’année suivante, j’ai commencé l’école. Ah! L’école! J’étais un véritable petit diable! J’étais le clown populaire de la classe qui faisait rire tous les jeunes et pleurer toutes les profs. J’avais des résultats corrects mais, pour ma défense, je ne me suis jamais attardé à mes études. Pour moi, ce que j’aimais de l’école, c’était la partie sociale. J’étais l’un de ces enfants turbulents mais populaire qui s’en prenais au plus faible ou plus moche que lui. Croyez-moi, j’étais loin d’être tendre. D’ailleurs ma mère a souvent dû se retrouver dans le bureau du directeur pour discuter de mes «problèmes» d’intimidation. Bon, bon, bon… j’entends d’ici ceux qui crient au scandale devant de telle méchanceté envers d’autre enfant mais pour ma défense : il faut bien un gros méchant quelque part! Sinon, on peut dire adieu à l’équilibre de la chaine alimentaire des structures sociales dans les écoles!

Dès la troisième année au primaire, j’étais déjà le petit garçon cool qui jouait au football avec ses amis dans son quartier attendant le jour où je serai sous les projecteurs du stade des Permians. Voyez-vous combien mon père avait réussi à me laver le cerveau? J’avais huit ans tout juste et déjà je me voyais au lycée. À la maison, c’était autre chose, je m’amusais à faire pleurer ma sœur qui venait d’avoir trois ans ou peut-être quatre… moi ce que j’en ai a fiche de l’âge de ma sœur… j’étais de plus en plus agressif et quand mon père se mettait à m’engueuler ça n’arrangeait pas les choses. J’ai toujours été un gamin impulsif avec des pulsions parfois très violentes. Je ne me suis jamais gêné pour filer un coup de poing à n’importe quel imbécile qui venait me contredire et c’est pourquoi – à mes dix ans – j’avais défoncé un mur de ma chambre. Quoi? Le plâtre de nos murs était très fins d’accord? De toute façon, au Texas, des murs épais ça sert absolument à rien vu le climat!

À mes 12 ans, j’ai rejoint l’équipe recru futur Mojo’s de mon collège. D’abord comme receveur ils m’ont rapidement muté au rang de quart-arrière partant. Honnêtement, c’était une position qui ne me plaisait qu’à moitié. Certes, mon père était fier et ça m’apportait toute la popularité et la notoriété des quarter-back mais si vous saviez le nombre de jeux qu’il faut apprendre par cœur! Sans parler de la pression et des attentes! C’est d’ailleurs à cet âge là que j’ai eut ma première copine : Olive Holt. Belle fille. Un peu coincée mais elle a quand-même été le premier vrai baiser que j’ai échangé avec quelqu’un. Elle est mariée aujourd’hui… la pauvre. Deux gosses et elle n’a même pas l’âge de boire de l’alcool.

Chapitre trois : I’m not your silly little boy now. I am a man!


Première année de lycée et mon père a obtenu sa promotion de coach en chef deux ans auparavant. J’ai été sélectionné comme receveur sans le moindre effort mais mon père était visiblement très déçu de voir que le poste de QB ne me disait rien. Évidemment, comme c’était ma première année dans l’uniforme des Permian de Dillion’s High School, j’ai passé ma première saison assis sur le banc mais croyez-moi, c’était le début de la meilleure période de ma vie… enfin… les deux premières années. Au mois d’octobre, ma mère nous a apprit à Janis et moi que nous aurons bientôt un petit frère. Contrairement à ma réaction à la naissance de Jan, l’idée d’être le modèle de quelqu’un m’avait vraiment enthousiasmé! Au lycée je trainais avec la bande populaire des Senior dû à mon statut de joueur de football. Mon père, toutefois, m’obligeait à faire au moins deux heures d’entrainement supplémentaire par jour question d’être le meilleur. Pour ce qui est de l’école, j’avais des notes acceptables surtout dues au fait que j’étais partie intégrante de la fierté de notre ville.
Deuxième année de lycée, j’ai traversé ce que l’on appel : la puberté. Contrairement à la plupart des mecs de mon entourage, je m’en suis plutôt bien tiré. En un seul été j’étais maintenant devenu plus grand que mon père et vu les deux heures d’entrainement supplémentaires que je faisais, j’avais déjà les muscles bien développés alors j’ai toujours été proportionnel. Aucune acné ou presque et je pouvais encore sortir avec les plus belles filles de mon année. Cette année là en plus d’accueillir mon petit frère – Geoffrey Levis était le prénom que j’avais choisit… enfin Levis c’était ma sœur mais enfin – dans la maison, j’avais enfin l’occasion de jouer plus souvent pendant l’année et ce n’est pas faute de travail. J’ai perdu ma virginité cette année-là aussi je pense… une fille plus vielle Hope Sullivan une pom-pom girl qui terminait sa troisième année. J’avais eut quinze ans l’été précédant et dès lors j’ai commencé à sortir avec les mecs de terminale et j’ai découvert la drogue.

Chapitre quatre : I’m on a highway to hell


- « Franchement Gregory! Comment as-tu pu faire ça et que va dire ton père? Parfois je me demande vraiment ce qui te passe par la tête.» «- Tu voudrais pas me foutre la paix maman un peu!» «-Gregory! C’est un match très important et tu sais comment ton père compte sur toi! Tu es capitaine Greg’ tu dois montré l’exemple et…»«- Pourquoi tu m’emmerde autant, maman? T’as pas envie de me ficher la paix! T’es toujours là à me faire la moral… j’suis plus un gosse, d’accord? Pourquoi tu vas pas te tuer au volant comment tu manque le faire à chaque fois que tu conduis saoule?»

C’est la dernière chose que je lui avais dit le soir du dernier match de saison régulière de mon avant dernière année de lycée… vous savez quand on dit : «fais bien attention à ce que tu souhaite car tu pourrais bien l’obtenir»? Eh bien j’ai compris ce conseil à mes dépends car ma mère n’est jamais rentré à la maison. Pour ma part, j’avais raccompagné Geoffrey et Janis à la maison après la partie tandis que mon père révisait les jeux après le match. Ma mère est morte après s’être endormis au volant et l’onde de choc à perdurer pendant des mois et des mois à cause des imbéciles de cette ville ne cesse jamais de nous remettre ça sous le nez. J’ai noyé ma culpabilité et ma peine dans l’alcool, la drogue et des pom-pom girls faciles et stupides de cette ville. J’étais l’un de ces adolescents de 16 ans qui n’avais rien à foutre de rien ni personne. Mon père a commencé à boire et arrivait bien souvent aux entrainements avec une gueule de bois me faisait travaillé cent fois plus dur que les autres joueurs et ça n’a pas été bien long pour moi de voir qu’il me blâmait pour la mort de ma mère. Comme si je ne m’en voulais pas déjà assez. Mes notes ont chutés drastiquement et j’ai presque coulé mon année. C’est là que ma liaison avec Fanny McCartey a commencé. Professeur d’anglais et littérature d’à peine vingt-six ans. Je pense que c’est la seule fille que j’ai vue plus d’une fois. Son copain de l’époque étant partit à la guerre, elle était seule chez elle et son esprit bienveillant se devait de m’aider à remonter la pente. Une belle fille blonde qui, en plus de me faire augmenter ma moyenne, ma fait vivre la relation la plus dangereuse et excitante de ma vie. Au début de ma dernière année, elle et moi nous sommes «séparés» quand les rumeurs à notre sujet étaient devenues trop bruyantes.

Dernière année de lycée : nous avons remporté le championnat nationale de football pour la deuxième année consécutive, j’ai foutu le camp de chez mon père avec mon petit frère pour vivre chez les parents de mon meilleur ami. Quoi? Je vous avais dit que j’ai toujours détesté Janis et que j’étais le pire des salauds! Et j’ai gradué du lycée avec une bourse pour UCLA.

Chapitre cinq : What about now? What about Today?

Après l’obtention de ma bourse, j’ai dû quitter la maison de mon meilleur ami et, à contre cœur, me séparer de mon petit frère et le renvoyer chez mon père puisque je ne pouvais quand-même pas l’amener avec voir à l’université. J’avais eut tout juste dix huit ans à mon entrée à l’université au mois de juillet précédant la rentrée. Quand je suis déménagé à LA, mon père et moi avons eut une dernière altercation. Il était alors saoul – comme tous les soirs après nos entrainements – me gueulant que je n’étais qu’un bon à rien et qu’après l’université je deviendrai un raté et n’aurai pas le choix de remmener mon cul d’ancienne superstar à la maison et faire un boulot minable puisque je n’étais rien d’autre qu’un joueur de football sans cervelle. Pour la première fois de ma vie, j’ai perdu mon sang froid à l’égard de mon père et lui ai fichu une bonne droite qui lui a disloqué la mâchoire puis je suis partie cette nuit-là à l’université. J’ai honte de le dire mais… je pense que ce soir là j’ai dû pleuré dans ma voiture en silence pendant au moins une heure.

Quand UCLA m’a accueillit au sain de son équipe de football AAA, J’ai rapidement fait ma place dans l’équipe comme étant le clown beau parleur avec des mains en or. C’est comme ça que l’on m’appelait. Évidemment, je n’ai jouer que peu de parties comme j’étais un freshman mais déjà on me laissait être partant de certains match et l’année suivante, je jouais ma position un match sur deux. Pour moi, cette année, j’ai vraiment pu montré ce que je valais et nous somme présentement en série pour la coupe finale de la NCAA football.






Dernière édition par Gregory C. Emerson le Ven 22 Juin - 18:35, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité


MessageSujet: Re: Bad boy back in town and ready to fucking rock [Done]   Ven 22 Juin - 1:13

Bienvenu parmi nouuuus Cute

(et nous sommes les deux seuls connectés à 3h du mat', ça craint xD)

Et bonne chance pour ta fiche I love you

(dis le moi si tu as besoin que j'efface mon message au fait I love you )
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité


MessageSujet: Re: Bad boy back in town and ready to fucking rock [Done]   Ven 22 Juin - 1:15

Hahaha bienvenue dans le club des insomniaque donc!
et merci! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité


MessageSujet: Re: Bad boy back in town and ready to fucking rock [Done]   Ven 22 Juin - 7:49

Bienvenue parmi nous Cute Hemingway Bave
Si tu as des questions n'hésite pas ♥️♥️♥️

Et ton perso est né dans une ville qui s'appelle comme moi (a) *sort*
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité


MessageSujet: Re: Bad boy back in town and ready to fucking rock [Done]   Ven 22 Juin - 8:07

Hahaha! J'avais même pas remarquer!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité


MessageSujet: Re: Bad boy back in town and ready to fucking rock [Done]   Ven 22 Juin - 8:23

Bienvenu sur le forum ! Et bonne chance pour ta fiche Cute
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité


MessageSujet: Re: Bad boy back in town and ready to fucking rock [Done]   Ven 22 Juin - 9:41

Et hop un mâle de plus à UCLA Cheerleader WAOUH 2m10 je sens que Apolina avec ses 1m60 va se sentir très petite.
Bienvenue et bonne chance pour ta fiche.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité


MessageSujet: Re: Bad boy back in town and ready to fucking rock [Done]   Ven 22 Juin - 14:36

Un beau et grand UCLAiens Cute
Bienvenuuuue et bonne chance pour le reste de ta fiche Cute
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité


MessageSujet: Re: Bad boy back in town and ready to fucking rock [Done]   Ven 22 Juin - 15:37

Bienvenuuue à toi, le staff est là pour toute question ♥
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité


MessageSujet: Re: Bad boy back in town and ready to fucking rock [Done]   Ven 22 Juin - 17:42

Merci beaucoup tout le monde! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité


MessageSujet: Re: Bad boy back in town and ready to fucking rock [Done]   Ven 22 Juin - 19:07

Superbe fiche, très fluide, même si quelques fautes par-ci par là, j'ai adoré *___*

J'ai donc le plaisir de te valider, et de t'accueillir parmi la fraternité Delta Chi puisque tu es parmi les trois premiers à le demander. Par contre, je veux te prévenir que nous n'avons pour l'instant pas de club de foot officiel à UCLA, mais ce sera bientôt créé donc je te préviendrais à ce moment-là. Ou alors tu peux si tu le souhaites changer d'université et te rendre à Columbia si tu souhaites intégrer l'équipe tout de suite (aa) Tu recevras également bientôt un Mp t'indiquant le nom de ton correspondant à Columbia. Voilà, ce sera tout, bienvenue sur TRANSFER, have fuuuuun <3
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité


MessageSujet: Re: Bad boy back in town and ready to fucking rock [Done]   Ven 22 Juin - 19:09

Mercii! Very Happy
Alors non ça ne m'ennuis pas d'attendre... si elle n'est pas officiellement là, UCLA a tout de même une équipe xD
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité


Invité


MessageSujet: Re: Bad boy back in town and ready to fucking rock [Done]   Ven 22 Juin - 19:14

Oui voilà c'est ça, il y en a une bien sûr mais elle n'est juste pas créée sur le forum lui même si tu veux (aa)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Bad boy back in town and ready to fucking rock [Done]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Bad boy back in town and ready to fucking rock [Done]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TRANSFΣR :: 
at the beginning
 :: Dossiers d'Inscription :: Admis :: 
Los Angeles
-